16/02/2012

Quelques nouvelles des petits nouveaux

Les nouveaux arrivants sont bien acclimatés, ils se nourrissent bien et semblent se plaire. Le Loriculus ne tape pas dans mes coraux, et ça c'est une très bonne nouvelle! Bref, tout le monde va bien, je laisse le bac tranquille et ne fait plus de nouvelle introduction avant un petit temps.

Voici quelques clichés...


L'Amboïnensis pas farouche, qui me fait la manucure à l'occasion


Le Caulastrea maintenant bien ouvert


Le Loriculus, toujours à l'affût de nourriture

J'en ai profité pour faire une photo de l'évolution de la bouture de Pachyclavularia qui, malgré un éclairage assez limite pour des coraux, pousse plutôt bien...

12:27 Écrit par Edouard Vangangel | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

14/02/2012

Mon côté Mc Gyver a encore frappé

Et oui, depuis le début j'ai quelques soucis de "voile gras". C'est une couche de crasses grasse qui reste en surface. Celà peut-être embêtant dans le sens où cela réduit la quantité de lumière qui pénètre dans l'eau, ainsi que l'oxygénation de l'eau. Le problème vient du faite que le peigne de surface (censé aspirer les crasses en surface) n'est pas assez haut par rapport au niveau de l'eau dans le compartiment du filtre. L'eau tombant dans ce compartiment n'a donc pas une énergie potentielle assez élevée, et elle n'est donc pas aspirée suffisamment fort en surface.

Pour palier ce problème, il suffit de réhausser la hauteur du peigne.
Je me suis donc muni d'un bout de plastique de qualité allimentaire. Un morceau de couvercle de Tuperware fait emplement l'affaire... J'ai aussi acheté de la colle epoxy spéciale pour aquarium, qui permet de coller dans l'eau (notamment les boutures sur des supports).
J'ai donc découpé deux bandelettes de plastique. J'en ai collé une de manière étanche sur tout le contour, excepté le côté supérieur, pour pouvoir y glisser le deuxième morceau (découpé avec précision pour que ça rentre pile-poil). Le deuxième morceau étant mobile, je peux régler la hauteur du peigne comme bon me semble.
J'ai donc trouvé une hauteur qui convenait et le voile gras a disparu!

J'en ai profité pour faire une petite photo d'ensemble, toujours pour suivre l'évolution.
Il y a d'ailleurs pas mal d'algues qui ont poussé. Un élagage à la main s'impose...

11:44 Écrit par Edouard Vangangel | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

12/02/2012

Le malheur des uns, fait le bonheur des autres

Un membre du Forum "Petit Coin de Récif" a décidé d'arrêter son bac. C'est toujours triste à apprendre, mais celà peut aussi annoncer de bonnes affaires en perspective...

Ce membre a donc mis en vente tout son vivant, ainsi que son bac et le matériel.
J'ai donc "passé commande" et me suis rendu chez ce dernier.

Je comptais mettre un Centropyge Loriculus dans mon bac. Evidemment, ce poisson étant le plus gros que je puisse mettre dans mon bac, je ne comptais pas le mettre si tôt. D'ailleurs ce poisson est réputé risqué. Car on peut très bien tomber sur un spécimen qui sera calme et pacifique, comme sur un qui sera très agressif et qui ira de temps en temps mordiller les coraux... De plus, c'est un poisson assez cher.
Mais l'occasion était trop bonne, et je ne pouvais pas la laisser passer. Car en plus de l'avoir à un prix très abordable, j'avais l'assurance d'avoir un spécimen bien acclimaté, calme avec les autres poissons, et qui en plus ne touche pas aux coraux.

N'ayant toujours pas d'amboïnensis, j'ai aussi sauté sur l'occasion.
Et j'en ai profité pour ramener une bouture de Caulastrea vert flash.

Au final, armé de mon frigo-box, j'ai donc récupéré :
-1 Centropyge Loriculus
-2 Lysmata Amboïnensis
-1 Caulastrea Vert
-5 petits BH

Arrivé chez moi, la plus grosse amboïnensis ne bougeait plus, décidément, la malédiction ne me lachait pas.

Mais l'autre était très vigoureuse. J'ai donc fait une acclimatation au goutte à goutte avant d'introduire tout ce petit monde. Le trajet ayant duré une cinquantaine de minutes, et avec pas mal de ronds-point, je suppose que l'amboïnensis a été fort balottée et stressée, et en est morte. Par après on m'a conseillé de mettre un petit grillage optique dans le fond du frigo-box pour que les crevettes puissent s'y accrocher pendant le trajet.

Bref, l'acclimatation se déroule bien pour le reste et la crevette restante survivra. La malédiction serait-elle enfin finie?


Caulastrea Vert encore un peu fermé


Centropyge Loriculus aussi appelé poisson-ange flamboyant


L'Amboïnensis résistante

10:52 Écrit par Edouard Vangangel | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |